CONTRACEPTION


 

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Par le Docteur François Delanoue


A) - LES METHODES NATURELLES, ne recourant à aucun produit.
        - Se retirer (le retrait).
        - L'abstinence périodique
                La Courbe de Température.
                La méthode Billings
                La méthode Persona

B) - LA CONTRACEPTION LOCALE
        - MASCULINE
        - FEMININE
                - Les méthodes mécaniques
                - Les méthodes chimiques

C) - LA CONTRACEPTION HORMONALE

   1) Les associations d'Oestrogène et de Progesterone
        a
) La pilule Oestro-Progestative
        b) Le patch Oestro-Progestatif:
NOUVEAU
        c) L'anneau intra vaginal Oestro-Progestatif:
NOUVEAU

    2) La Progesterone seule
        a) La micropilule Progestative
        b) La macropilule Progestative
        c) Les progestatifs retards.
        d) L'implant : implanon 
NOUVEAU

    3) La contraception d'urgence, pilule du lendemain
    
4) La pilule masculine.
   
5) Les méthodes d'avant garde

D) - LES DISPOSITIFS INTRA UTERINS" Les stérilets".

E) - LA CONTRACEPTION CHIRURGICALE.

F) - LES METHODES D'AVENIR.


A) - Méthodes " naturelles "

1°) Le retrait "Se retirer"

    Cette méthode consiste à retirer le pénis hors du vagin avant l'éjaculation. ceci nécessité toutefois une maîtrise importante du partenaire et l'on comprend alors les échecs fréquents de cette méthode chez les couples peu entraînés.
    Il est par ailleurs important lorsqu'il y a plusieurs rapports consécutifs d'uriner entre chaque rapport afin de ne pas prendre le risque d'amener des spermatozoïdes résiduels de l'urètre masculin dans les voies génitales féminines.
   Enfin, il est rapporté la survenue de grossesses résultant de l'introduction de sperme dans le vagin même éjaculé en dehors.
    C'est donc une technique que l'on ne peut pas qualifier d'efficace à 100%.

2°) L'abstinence périodique.

    Cette méthode consiste à ne pas avoir de rapports pendant les périodes où la femme est féconde.
    On sait grosso modo que l'ovule une fois "pondu" a une durée de vie de 2 jours, on sait aussi que le spermatozoïde une fois émis a une durée de vie de 3 jours.
    L'idée est simple, il suffirait alors de se priver de rapports dans les 2 jours suivant l'ovulation et dans les 3 jours la précédant et pour être plus sûr, 4 jours avant et 3 jours après.
    Mais la difficulté est double :
            - Parce qu'il n'est pas facile de déterminer avec précision la date et le moment de l'ovulation. Il est possible de se rendre compte qu'il y a eu ovulation mais il est plus difficile de la prévoir. La Courbe de Température, La méthode Persona, l'étude de la glaire cervicale (que nous verrons plus tard) peuvent nous aider à calculer la période d'ovulation.
            - Parce qu'exceptionnellement il y a des ovules et des spermatozoïdes qui dans les voies génitales féminines ont accidentellement peut être une durée de vie bien plus longue que respectivement 2 et 3 jours.

La Courbe de Température (Voir chapitre)
La méthode Persona (Voir chapitre)
L'étude de la glaire cervicale. (Méthode Billings)
        L'ovulation est généralement précédée par la sécrétion de glaire (filante, transparente) par le col de l'utérus et s'écoulant par le vagin, d'une façon d'autant plus abondante que l'on se rapproche de l'ovulation. Une fois l'ovulation effectuée, la glaire diminue pour disparaître.
     Pas mal de femmes reconnaissent ainsi le moment de l'ovulation d'autant plus que peut s'y associer quelques douleurs du ventre caractéristiques. Il s'agit d'aller chercher avec les doigts cette glaire et d'en apprécier le   caractère typique de fécondité  : elle doit être filante (elle peut s'étirer de 10 cm entre le pouce et l'index), incolore, fluide, ressemblant à du blanc d'oeuf cru. Les rapports sont bien entendu interdits lorsque la glaire acquiert tous ces caractères ovulatoires, ils sont autorisés dès lors qu'elle disparaît.
     Il existe par ailleurs des bandelettes à introduire dans le vagin qui permettent d'apprécier la glaire cervicale.

B) - La contraception locale

Contraception LOCALE MASCULINE : Le préservatif

    Exclusivement représentée par le préservatif masculin, condom ou capote anglaise.
    Il en existe de plusieurs tailles, de plusieurs sortes, d'épaisseur plus ou moins différentes, avec ou sans réservoir, lubrifiés ou pas, parfumés ou non, aromatisés parfois.
    Généralement en latex mais sachez qu'il en existe en d'autres matériaux pour les couples dont l'un des deux partenaires est allergique au latex.

    Le principe est que l'éjaculation se fasse dans le préservatif et que le sperme ne puisse ainsi se répandre dans les voies génitales féminines. Par sa présence il empêche également tout contact du pénis avec les muqueuses vulvaires et vaginales ce qui protège avec grande efficacité la transmission des maladies sexuelles.
    C'est une technique très efficace si le préservatif est bien utilisé.

    Technique.
        - Il doit être placé sur la verge en érection avant l'intromission.
        - Il doit être gardé pendant toute la durée du rapport sexuel.
        - La verge doit être retirée du vagin juste après l'éjaculation, en serrant le préservatif à sa base pour qu'il ne risque pas de rester dans le vagin.
        - Il ne faut pas rester, la verge dans le vagin une fois l'érection finie, il y a risque en effet de passage de sperme le long du préservatif.

    Les échecs :
        Outre les erreurs de technique citées plus haut, les échecs de la méthode sont liés à la possible rupture du préservatif. C'est assez rare mais il peut effectivement se rompre dans certaines conditions.
    - Parce que dans les ébats amoureux un coup d'ongle bien affûté de la partenaire sur le préservatif peut compromettre sa solidité.
    - Parce qu'on utilise un préservatif dont on a dépassé la date de péremption.
    - Parce qu'on utilise un préservatif qui a séjourné trop longtemps dans la boîte à gants de la voiture, laquelle est restée stationnée au soleil trop souvent.
    - Enfin parce qu'on a réutilisé un préservatif par souci d'économie. Eh oui! Il y en a qui lavent et réutilisent les préservatifs !!

Contraception LOCALE FEMININE
        1°) Les Méthodes Mécaniques

                a ) Le Préservatif féminin
                          
Oui ça existe, et ce n'est pas terrible. C'est comme une poche en nylon évasée vers l'extérieur que la femme introduit dans le vagin avant chaque rapport. C'est commercialisé et ne se trouve pas forcément dans toutes les pharmacies.

                b) Le Diaphragme
                           
C'est une calotte en plastique ou caoutchouc montée sur une armature annulaire rigide que l'on introduit au fond du vagin juste au devant du col de manière à faire barrière au sperme lors de l'éjaculation, les spermatozoïdes ne peuvent pas ainsi gagner le col et ascensionner dans les voies génitales féminines.
    Il en existe de tailles différentes, il vaut mieux s'adresser à son gynéco qui déterminera au cours d'une consultation la taille à utiliser et apprendra la technique de pose de cet appareil.
    Ensuite le diaphragme doit être placé au fond du vagin selon la technique montrée par le gynéco 20 minutes ou plus avant le rapport et doit être gardé au moins  6 heures après. Il faut au préalable l'enduire d'une crème spermicide pour lui donner une efficacité acceptable.
    On peut le laisser en place plusieurs jours et rajouter avant les rapports de la crème spermicide pour plus d'éfficacité.
    Il n'est généralement pas gênant pur la femme et pas perçu par le partenaire.
    C'est un moyen de contraception peu utilisé en France mais beaucoup plus aux États Unis.

                c) La cape cervicale
                       
Pratiquement pas utilisée en France, il s'agit d'un mini diaphragme qu'il faut placer sur le col de l'utérus, c'est en quelque sorte un préservatif du col de l'uterus. Elle épouse juste le col et il faut une certaine dextérité pour la mettre en place convenablement. Elle agit comme le diaphragme en faisant barrière mécanique à l'ascension des spermatozoïdes dans le col utérin. Comme le diaphragme elle doit être retirée assez longtemps après le rapport sexuel.

        2°) Les Méthodes Chimiques
                      
Ce sont des produits introduits dans le vagin avant le rapport sexuel destinés à tuer sur place les spermatozoïdes dès qu'ils pénètreront dans le vagin. Il n'ont malheureusement pas une efficacité à 100% car quelques spermatozoïdes particulièrement résistants peuvent ne pas être détruits. On estime le taux d'echec à 4% et l'on réservera ainsi leur emploi dans les situations où la fécondité est faible (Post partum immédiat, après 40 ans, périodes du cycle les moins fécondes etc...).
        Certains leur reproche également d'entraîner des sensations grasses désagréables et d'avoir parfois un goût particulier.

                a) Les ovules contraceptifs
                       
Sortes de suppositoires à placer dans le vagin et qui vont se déliter pour se répandre dans toute la cavité vaginale. Ils sont à placer 10 minutes à 1 heure avant le rapport de préférence en position couchée, il ne faut pas laver le vagin dans les heures qui suivent le rapport. Il faut en remettre si un nouveau rapport a lieu plus de 4 heures après le précédent.

                b) Les crèmes et gels contraceptifs
                       
Généralement livrés en tube avec applicateur vaginal, monodoses ou pas. A déposer dans le vagin. L'efficacité commence 2 ou 3 minutes après la pose et dure ensuite entre 10 minutes et une heure. A remettre également avant chaque nouveau rapport.

                c) Les tampons contraceptifs
                       
Ici à l'effet spermicide s'ajoute un effet mécanique. Ils sont à introduire au fond du vagin comme un tampon périodique juste avant le rapport et doivent être gardés au moins deux heures après le rapport. Ils peuvent être gardés 24 heures ce qui autorise de nouveaux rapports dans ce délai sans changer de tampon.
    Il est rare de rencontrer de grosses difficultés pour les retirer. Il suffit de s'accroupir et d'introduire l'index et le majeur dans le vagin en exerçant un petit effort de poussée, le tampon ne disposant pas de ficelle pour le retirer.

 

C) - LA CONTRACEPTION HORMONALE

1°) Les associations Oestro Progestatives

La contraception oestro-progestative consiste à apporter tous les jours à l'organisme des composés hormonaux qui vont bloquer les ovaires, c'est à dire les mettre au repos. Comme les ovaires ont deux fonctions, l'une étant de pondre un ovule tous les mois, l'autre étant de secréter des hormones (Oestrogènes et progestérone), cet apport d'hormones va bloquer ces deux fonctions.
    - Conclusion il n'y a plus d'ovulation d'où plus de risque de grossesse.
    - Il n'y a  plus de sécrétion hormonale issue des ovaires, l'organisme ne sera donc plus soumis qu'aux estrogènes et progestérone apportées par la pilule elle même.
    Donc les oestro-progestatifs bloquent l'ovulation, mais comme ils bloquent également les secrétions hormonales des ovaires, ils empêchent la formation de glaire au niveau du col et s'opposent aux modifications morphologiques de la muqueuse utérine, la grossesse devient alors impossible.

      L'administration d'oestro-progestatifs peut se faire desormais selon 3 voies d'aministration

a) La pilule Oestro-Progestative

   Les oestro progestatifs sont apportés tous les jours dans l'organisme par voie orale, c'est à dire par prise journalère d'un comprimé ou pilule.

Les différentes pilules Oestro Progestatives.

Suivant leur dosage en hormones   il existe les pilules :
         - Fortement dosées. 50 microgrammes et plus d'oestrogenes
         - Normalement dosées. 30 à 50 microgrammes
         - Mini dosées. 5 à 20 microgrammes
Suivant leur date d'apparition et leurs composés il existe les pilules :
        - D'ancienne génération
        - De nouvelle génération

Avantages et inconvénients.
      
Comme estrogènes et progestérone apportés par la pilule sont des hormones de synthèse, l'idéal est d'apporter le minimum d'hormone pour une efficacité maximum. Les composés de dernière génération permettent des pilules efficaces à 100% avec seulement 15 microgrammes d'oestrogènes. En contre partie ces pilules de dernière génération sont chères et non remboursées par la sécurité sociale alors que les pilules d'ancienne génération sont bon marché et remboursées par la sécurité sociale.

Efficacité.
        La pilule oestroprogestative est efficace à 100% à condition de ne pas l'oublier ou de ne pas vomir dans les deux heures qui suivent sa prise.

Mode d'emploi.
        Généralement les boîtes de pilules renferment des plaquettes de 21 comprimés.
        La première pilule de la première plaquette doit être prise le premier jour des règles. Ensuite il faut prendre tous les jours une pilule approximativement  à la même heure d'autant plus que la pilule est faiblement dosée.
        A la fin de la plaquette il faut attendre une semaine exactement avant de commencer une nouvelle plaquette. C'est généralement pendant cette semaine d'arret que surviendront les règles, mais il ne faut pas se préoccuper de la date de leur survenue, même si elles surviennent un peu avant ou après la date prévue. Trois semaines de pilule, 1 semaine de repos et ainsi de suite.
        Naturellement on est bien sûr protégée pendant la semaine de repos.

    Certaines pilules et notamment les toutes récentes sont constituées de plaquettes de 28 comprimés. Il faut débuter la première pilule de la première plaquette le premier jour des règles puis continuer sans interruption sans période de repos. On passe directement de la fin de la plaquette au début de la nouvelle, toujours en respectant l'ordre de la prise des comprimés selon le schéma expliqué.

Effets indésirables, contre-indications de tous les oestro-Progestatifs.
- Il existe des contre-indications médicales à la prise d'oestro progestatifs, c'est pourquoi il est nécessaire de se soumettre à un examen gynécologique auprès de votre médecin avant la prise de ce type de contraception. Il vous sera également prescrit un examen sanguin.
- Des effet indésirables type tension des seins, migraines nausées etc... peuvent survenir au début de la prise, ils rétrocèdent généralement lors du 2ème voire 3ème cycle de prise.
- Les oestro-progestatifs ne font pas prendre de poids. Exceptionnellement on peut assister à une prise de 2 kg maximum automatiquement réversible à l'arrêt de la pilule.

Voir aussi : "FAQ sur la pilule"       

b) Le Patch Oestro Progestatif:   (Evra) NOUVEAU

Ici, l'oestro progestatif va être apporté dans l'organisme par voie transdermique et non plus par voie orale. On collera un "timbre" sur la peau et de ce timbre va diffuser et pénétrer dans l'organisme une dose quotidienne d'oestro-progestatifs. Le patch une fois collé délivre une dose quotidienne pendant une semaine, il est donc collé pour une semaine et comme pour la pilule il y aura un traitement de 3 semaines puis une semaine de repos et ainsi de suite. En pratique donc, on collera un timbre par semaine pendant 3 semaines puis une semaine sans timbre et ainsi de suite. Les règles ou hemorragie de privation comme pour la pilule surviendront pendant la semaine sans timbre.

 evra02.jpg (1891 bytes)                evra03.jpg (2337 bytes)                         evra04.jpg (2174 bytes)

c) L'anneau vaginal Oestro Progestatif : (Nuvaring) NOUVEAU

Ici, l'oestro progestatif va être apporté dans l'organisme par voie transvaginale. Un anneau renfermant les hormones oestro progestatives est placé au fond du vagin pour 3 semaines. De cet anneau les oestro progestatifs vont diffuser et pénétrer dans l'organisme tous les jours à la dose ideale et ceci pendant 3 semaines. Au bout de 3 semaines, l'anneau est retiré et l'organisme se trouve privé d'hormones oestro progestatives exogènes, ce qui correspond à la semaine de non prise de pilule (si l'on veut comparer à la prise de la pilule). C'est pendant cette semaine de repos que les règles ou hemorragie de privation surviendront. Apres cette semaine de repos on replace un anneau pour trois semines et ainsi de suite.

nuvaring01.jpg (2456 bytes)     nuvaring02.jpg (3494 bytes)

2°) La Progesterone seule

a) La micropilule Progestative

Mode d'action
  
     Ici la pilule n'apporte exclusivement que de la progestérone à microdose. Son mécanisme d'action est différent. Le blocage de l'ovulation existe le plus souvent mais peut être pas à tous les cycles. La contraception est assurée par la transformation de la glaire cervicale en une glaire hostile à la progression des spermatozoïdes ainsi que la transformation de la muqueuse utérine en muqueuse hostile à l'implantation d'un ovule fécondé.

Avantages et inconvénients.
       
Cette pilule à l'avantage de ne pas renfermer d'oestrogènes, elle pourra donc être prescrite aux femmes chez qui les oestrogènes sont contre- indiqués.
        Elle a pour inconvénient d'entraîner des règles rarement régulières pouvant arriver tantôt avec de l'avance, tantôt avec du retard et parfois être absentes pendant un certain temps

Efficacité.
    
   L'efficacité est un petit peu moindre que la pilule oestro-progestative.

Mode d'emploi.
    
   Cette pilule doit se prendre sans interruption. On la commence le premier jour des règles puis tous les jours sans interruption. Dès la fin d'une plaquette on commence la suivante. La méthode est dite non stop.

b) La macropilule Progestative

        Ici on administre également exclusivement de la progestérone mais à des doses plus élevées ce qui permet de prendre cette pilule 20 jours par mois puis une semaine de repos. Ca a l'avantage de donner des règles régulières.
        On réserve ce type de pilule aux femmes qui manquent de progestérone.
        L'efficacité est excellente. Le mécanisme est sensiblement le même que pour la pilule micro-progestative.

c) Les progestatifs retards.

   Ils ne sont qu'exceptionnellement prescrits. C'est de la progestérone que l'on administre par voie sous cutanée ou intra-musculaire par une piqûre tous les trois mois.
    Le mode d'action est le même que pour les autres progestérones.
    Les troubles des règles existent comme avec la pilule micro-progestative.
    L'efficacité est bonne mais la réversibilité ne se fait pas toujours au moment où on le désire.
    On réserve cette contraception aux femmes dont les oestrogènes sont contre-indiqués et chez qui la prise quotidienne d'une pilule est difficilement suivie.

 

d) l'implant sous cutané IMPLANON

implanon01.jpg (2827 bytes)                               implanon02.jpg (1521 bytes)

    Disponible en  France depuis Mai 2001 et distribué par les laboratoires Organon, l'IMPLANON se présente sous la forme d'un petit batônnet de la taille d'une allumette et qui doit être placé sous la peau sur la face intérieure du bras. Cet implant délivre dans la circulation une hormone progestative l'etonorgestrel qui va assurer la contraception en bloquant les ovulations et en rendant la glaire cervicale hostile à la pénétration de spermatozïdes.
    - L'efficacité de cette methode est excellente.
   - L'implant est placé par le gynecologue au décours d'une anesthésie locale sous la peau sur la face interne du bras à l'aide d'un inserteur prévu à cet effet.
    - La durée d'efficacité de l'implant est de 3 ans mais on peut le faire retirer avant si nécéssaire toujours à l'aide d'une anesthésie locale.
    - La réversibilité est bonne puisque la fertilité reprend généralement dans les 3 semaines qui suivent le retrait.
    - Malheureusement il existe quelques inconvenients, en effet :
            . On observe beaucoup de troubles du cycle avec l'implant.
                - 47% des femmes avec implant présentent des saignements en dehors des règles.
                - 19% Vont avoir une absence de règles.
                - 27% auront des régles trés espacées.
                - 15% auront des saignements prolongés.
     . D'autres effets indésirables peuvent également survenir :
        - Dans 15% des cas peut appraître de l'acné.
        - Tension des seins dans 9% des cas.
        - Maux de tête dans 8% des cas.
        - Prise de poids dans 6% des cas.

3) La contraception d'urgence, pilule du lendemain ( Voir lien)
           

4) La pilule masculine.

        Elle est toujours dans sa phase expérimentale et il existe un grand nombre d'études sur ce sujet. Des molécules diverses ont été testées dans ce domaine. Certaines se sont montré toxiques pour le foie et les expériences alors abandonnées.
        Par ailleurs on connaît moins bien la physiologie de la fabrication des spermatozoïdes contrairement à celle des ovules.
        Enfin beaucoup de femmes déclarent qu'elles ne feraient pas confiance à leur partenaire dans la prise de la pilule et continueraient à la prendre elles même.
        Actuellement il n'y a pas de pilule pour homme commercialisée.

5) Les méthodes d'avant garde

        a) Les anneaux vaginaux

                Il s'agit d'anneaux en silicone placés pour 1 ou 3 mois dans le vagin et délivrant soit de la progestérone, soit oestrogènes et progestérone. Ce n'est finalement qu'une variante des pilules absorbables par voie orale. Il n'est pas sûr que les femmes les préfèrent aux pilules traditionnelles ce qui explique sûrement le retard de leur commercialisation.

        b) Le bracelet contraceptif

                C'est un bracelet qui diffuse par voie transcutanée un progestatif. Le mode d'action est celui des micro ou macro pilules. D'autres voies d'administration sont à l'étude (gels, patchs etc...)
                Non encore commercialisés.

        c) Les implants sous cutanés

                Il s'agit du Norplan. Déjà commercialisé en Europe du Nord et aux USA, Il s'agit de 6 petits implants en silicone (comme des mines de crayon) mis en place sur la face interne d'un bras. Ces capsules libèrent un progestatif. C'est une micro-pilule sous cutanée avec ses avantages et ses inconvénients. En raison de leur constitution en silicone leur vente a chuté de 90% aux USA. Non commercialisé en France où est par contre commercialisé l'implanon (voir plus haut) sans silicone.

        d) Le RU 486 contraceptif

                Le RU 486 est bien connu en tant que pilule abortive. Il pourrait être administré à des doses minimes quotidiennes et devenir contraceptif dans ces conditions.

D) - Le stérilet ou Dispositif intra utérin

    Il s'agit d'un corps étranger qui une fois placé à l'intérieur de la cavité utérine transforme la muqueuse de l'utérus pour la rendre impropre à la nidation d'un oeuf. Le stérilet entraîne une inflammation au niveau de la muqueuse qui devient inapte à assurer le développement d'un embryon.

    Il existe plusieurs modèles de stérilets et sont généralement constitués d'une armature de polyéthylène sur laquelle est entouré un fil de cuivre. Le cuivre en se délitant renforce l'importance de l'inflammation de la muqueuse et tue également directement les spermatozoïdes, renforçant ainsi l'éfficacité contraceptive. D'autres sont dotés d'un petit réservoir de progestérone qui est libérée au fil des jours modifiant ainsi la muqueuse utérine et la rendant également impropre au développement d'un embryon.
    Le sterilet à la Progestérone "MIRENA" présente souvent les inconvenients liés au passage de progesterone dans la circulation et va entrainer généralement au début (3 premiers mois) des saignements de toute sorte pour cèder la place progressivement au cours des mois et des ans à un espacement de règles voire un arret total des règles. Par contre il est très efficace et est généralement placé pour 5 ans contrairement aux sterilets traditionnels que l'on doit changer tous les 3 ou 4 ans.

Mode d'emploi
    - Le stérilet se pose au cours d'une consultation, par le gynécologue, généralement en fin de règles.
    - La pose ne doit pas être douloureuse.
    - Dès son insertion il est efficace.
    - Il est placé pour un durée allant de 18 mois à 5 ans selon le modèle utilisé.
    - Il est conseillée de le faire contrôler 1 mois et demi après la pose puis tous les 6 mois voire tous les ans.

Efficacité
Moins bonne que la pilule, on estime un taux d'echec à 1,5%, même avec un stérilet en bonne place.

Avantages, inconvénients
   Le cycle reste spontané, sans intervention médicamenteuse, chimique, sans retentissement métabolique (Excepté le sterilet à la progesterone).
Une fois posé, le stérilet ne réclame aucune intervention particulière de la part de la femme. Tout juste elle peut pendant la toilette intime, vérifier la présence et la longueur des fils qui proviennent du col.  
La protection est permanente.

Le stérilet est généralement bien toléré mais il va entraîner une augmentation de l'abondance des règles en quantité et en longueur, surtout au cours des premiers cycles
(Excepté le sterilet à la progesterone).
La durée des cycles ainsi que leur régularité ne sera pas influencée par le stérilet alors que sous pilule ils sont parfaitement réguliers
(Excepté le sterilet à la progesterone).

Le " stérilet d'urgence ".

    Comme pour la pilule du lendemain il est possible de placer un stérilet en urgence après un rapport sexuel susceptible d'entraîner une grossesse non désirée. La pose doit être réalisée dans un délai maximum de 5 jours et généralement réservée aux femmes ayant déjà eu un enfant.

E )- LA CONTRACEPTION CHIRURGICALE

Il s'agit plutôt de stérilisation que de contraception. On considère en effet les techniques chirurgicales comme irréversibles, ce n'est donc plus de la contraception à proprement parler.

CHEZ L'HOMME:
On peut sectionner les canaux déférents qui ont pour rôle de transporter les spermatozoïdes depuis les testicules jusqu'aux canaux éjaculateurs. C'est la VASECTOMIE. Ainsi après vasectomie, le sperme lors de l'éjaculation ne contient plus de spermatozoïdes.
C'est une technique simple réalisée le plus souvent sous anesthésie locale au travers d'une petite incision de 1 cm au niveau des bourses.
La  vasectomie est soumise à des lois en France, elle est cependant aurorisée maintenant.

CHEZ LA FEMME
On ligature, sectionne, coagule ou pose des clips sur les trompes, ainsi l'ovule ne pourra pas être transporté pour rencontrer le spermatozoïde. C'est la LIGATURE DES TROMPES ou STERILISATION TUBAIRE.
Cette intervention s'effectue le plus souvent sous coelioscopie avec anesthésie générale, c'est donc une véritable opération avec tous les risque que cela comporte.
La stérilisation est maintenat autorisée en France mais soumises à des lois. Elle demande un delai de reflexion de 4 mois avec signature d'un consentement.


F) - LES METHODES D'AVENIR

        Le vaccin contraceptif
           
Certains vaccins sont actuellement à l'étude, ils ont pour but soit d'empêcher le développement de l'embryon, soit de rendre l'ovule infécondable.
            La femme pourrait bénéficier d'une injection intra-musculaire annuelle pour être protégée de toute grossesse pendant un an. Mais se pose encore aujourd'hui le problème de la réversibilité de la méthode ainsi que de sa parfaite innocuité.

Retour page d'accueil

Un oubli de pilule, besoin d'une contraception du lendemain
Avez vous des questions particulières?
Posez votre question au Doc Gynéco
(Réponse par E Mail)
doc04.GIF (11161 octets)