Les Maladies Sexuellement Transmissibles
scp1.gif (6709 octets) (SIDA Excepté)


Bon à savoir                                                                            F. Delanoue


Ce sont toutes les maladies pouvant être transmises au cours de l'acte sexuel quel qu'il soit, non seulement au cours des rapports.
Toujours d'actualité car ces maladies ne sont pas toujours bien connues (ignorance des jeunes,  formes cliniques atypiques), elle sont favorisées par la multiplication des expériences sexuelles (liberté sexuelle, développement de l'homosexualité), par l'intensification des déplacements humains (voyages faciles, immigration etc.).

Classification:


La SYPHILIS

    Due au tréponème pale (spirochète). Rare de nos jours, véritable fleau autrefois. Se guérit bien maintenant.

Contamination vénérienne, rarement non vénérienne (Laborantins, médecins) plus rarement indirecte (objets de toilette, W.C.). Contamination parfois congénitale.

Evolution de la maladie.

La Biologie.

   Apparitions d'anticorps appelés réagines qui seront mises en évidence par diverses réactions.
        BW, Kline, VDRL, Kolmer, Nelson, TPHA, FTA.

Traitement.

    La Pénicilline (sous toutes ses formes)
     Se guérit bien de nos jours.

En savoir plus


LE CHANCRE MOU

   Dû au bacille de Ducrey, rare sous nos climats.

Contamination : Directe

La maladie .

    Incubation: 2 à 6 jours
   Période d'état : Ulcération profonde creusante grisâtre, douloureuse sur base molle. Pas de ganglion satellite.

La Biologie

    Intradermoréaction de Dmelcos
    Recherche directe du bacille de Ducrey

Traitement

    Streptomycine, auréomycine


La LYMPHOGRANULOMATOSE
ou
Maladie de Nicolas et Favre



    La maladie de Nicolas-Favre est due à 3 sérotypes de C. trachomatis. Elle est devenue exceptionnelle dans les pays développés. La lésion est un micro-chancre indolore situé sur les organes génitaux externes ou dans le vagin. Il existe souvent des adénopathies satellites unilatérales très inflammatoires qui peuvent se fistuliser spontanément. Le diagnostic repose sur la mise en culture de C. trachomatis à partir des lésions ou sur des réactions sérologiques très positives (2 1/256) par micro-immunofluorescence. Le traitement repose sur un anti-chlamydien type cycline pendant 20 à 30 jours.

la maladie

Biologie

    Réaction de FREI + (innoculation au cerveau du rat).

Traitement

    L'AUREOMYCINE.
    CYCLINES


La GONOCOCCIE ou BLENNORRAGIE
(Ou Chaude Pisse)

   Dû au germe Neisseira gonnorhea. Fréquent sous nos climats, douloureux chez l'homme, se soigne bien mais peut laisser des séquelles compromettant la fertilité surtout chez la femme.

Contamination :

    Presque toujours vénérienne. Rarement par objets interposés (serviettes, WC).

La maladie :

    Chez l'homme:
             Infection localisée à l'urètre pénien entraînant des brûlures intolérables lors des mictions (Chaude pisse, lames de rasoir). Ecoulement urétral associé. Peut évoluer vers l'atteinte de la prostate des vésicules séminales et des épididymes.

   Chez la femme :
                Peu douloureux, atteint la vulve l'urètre, l'orifice cervical. Simple écoulement indolore. Peut gagner rapidement les trompes et constituer un salpingite.

La Biologie :

    Mise en évidence du germe à l'examen direct.

Le Traitement :

    Traitement par antibiotiques (Ampicilline, Kanamycine, Rovamycine, etc.). Possibilité de traitements minute (1 seule prise d'une forte dose d'antibiotiques).

    Grave par les séquelles possibles de stérilité chez l'homme et chez la femme. Grave par l'existence de porteuses saines pouvant contaminer les partenaires.

En savoir plus


Affections à CHLAMYDIAE

    Micro organismes Gram Négatifs véritables parasites intra cellulaires responsables d'urétrite, cervicites, conjonctivites et pneumopathies.
    Sexuellement transmissibles.

La maladie

   Représentent 30% des infections génitales chez l'homme et chez la femme. Peuvent être caractérisées par des écoulements urétraux chez l'homme, des leucorrhées (pertes blanches) et des douleurs pelviennes chez la femme.
    Mais la plupart du temps ces infections sont sans symptômes et il existe pas mal de sujets dits porteurs sains.
    La principale complication des chlamydioses est représentée par la possibilité de se propager à bas bruit vers le haut appareil génital (trompes par exemple) pouvant entraîner une STERILITE.

La Biologie

    Le diagnostic est fait par la mise en évidence du germe lui même ou par la présence d'anticorps dans le sang circulant.

Traitement

    Se traite bien  par certaines catégories d'antibiotiques, les cyclines par exemple. Existence récente de traitements antibiotiques minutes en une seule prise.

En savoir plus


HEMOPHILUS VAGINALIS
Gardnerella

    Bacille gram Négatif sexuellement transmissible exclusivement. Très fréquent sous nos climats

La maladie

    Simple vaginite avec brûlures et pertes blanches malodorantes chez la femme. L'homme est généralement porteur sain mais contamine. Rarement de complications.

La biologie

    Mise en présence possible de l'agent infectieux par examen direct.

Traitement

    Par antibiotiques spécifiques et traitement local. Possibilité de traitements minutes.

En savoir plus


Les MYCOSES

   Extrêmement fréquentes, elles sont dues à plusieurs variétés de champignons dont le plus fréquent est le candida albains.
    Sexuellement transmissibles mais pas exclusivement. Possibilité de contagions diverses.

La maladie

    Pertes blanches et démangeaisons chez la femme, rougeurs et boutons chez l'homme. Extrêmement désagréable mais entraînent rarement de graves complications. Parfois difficile à s'en débarrasser.

La biologie

    Mise en évidence directe au microscope des champignons.

Traitement

    Application locale de produits antifongiques, ovules, parfois traitements par voie générale.

En savoir plus


TRICHOMONAS

   Parasite des voies uro-génitales surtout chez la femme et sexuellement transmissible.

La maladie

        Pertes blanches et brûlures vulvo-vaginales chez la femme. Peu de signes chez l'homme (urétrite parfois). Pas de complications généralement.

La biologie

    Parasite facilement mis en évidence par l'examen direct au microscope.

Traitement

    Antibiotiques et anti parasitaires spécifiques par voie locale et générale.

En savoir plus


OXYUROSE VULVAIRE

    Les oxyures sont des petits vers contaminant la vulve depuis le tube digestif (anus). Ils peuvent être transmis au partenaire au cours des relation sexuelles.

La maladie

    Démangeaisons ano-vulvaires. Pas de graves complications.

Traitements

    Produits spécifiques par voie générale et locale.


La gale


        Due au parasite Sarcoptes scabiei hominis, elle se transmet par contact sexuel direct ou par l'intermédiaire du linge et de la literie. La triade symptomatique comporte les lésions de grattage, dues au prurit rapidement généralisé, le sillon et la vésicule perlée. Cette dernière, située à l'extrémité du sillon, est provoquée par l'acarien. Le traitement consiste à traiter tous les membres de la famille par badigeonnage du corps avec un produit type Ascabiol et à désinfecter linge et literie au DDT.


POUX DU PUBIS
Morpions

    Parasites bien connus, cousins germains du pou de la tête mais ne peuvent vivre que dans les poils pubiens (car plus gros). Bien sûr sexuellement transmissibles à 95% des cas. Possible transmission par les objets (draps de lit).

La maladie

    Démangeaisons importantes partout où se trouvent des poils avec lésions de grattage (excoriations).

La biologie

    Reconnaissance facile du morpion à la simple loupe. Lentes (œufs) accrochés sur les poils.

Traitement

    Par application locale de produits spécifiques, rasage, et stérilisation de tous les sous vêtements, draps susceptibles d'avoir étés en contact avec le parasite. Les morpions deviennent de plus en plus résistants aux produits classiques d'où la difficulté parfois de nos jours à en venir à bout.


L'HERPES GENITAL

   Dû au virus Herpes homini de Type 2, alors que le Type 1 intéresse classiquement d'autres parties du corps à savoir le visage. Mais de part les pratiques sexuelles actuellement de plus en plus variées il n'est pas exceptionnel de retrouver du Type 1 au niveau des parties génitales.
    La contamination est sexuelle, directe. Elle se produit par contact lorsqu'il y a lésion cutanée ou muqueuse par l'herpes. Cependant on commence à décrire des contaminations par des porteurs d'herpes alors qu'il n'y aucune lésion extériorisée.

La maladie

La biologie

    Le virus de l'herpes peut être mis en évidence par cultures intra cellulaires, par recherche d'anticorps dans le sang et par réactions spécifiques au niveau des prélèvements.

Traitement

    L'Herpes se traite par des anti viraux administrés par voie générale et locale. L'efficacité du traitement dépend de la précocité de la mise en place du traitement. Ne sont traitées que l'herpes primo infection et les récurrentes. Il 'y a pas de moyen d'éradiquer complètement le virus une fois qu'il a pénétré notre organisme. Le principal médicament est l'ACYCLOVIR.

En savoir plus



CONDYLOMES
VEGETATIONS VENERIENNES
(Crêtes de coq)

    Végétations au niveau de la sphère génitale (vulve, col de l'uterus) dues au Papilloma virus (HPV). Contamination par contact sexuel direct, les excoriations cutanéo muqueuses facilitant l'entrée du virus.
    La plupart des condylomes sont dus a des HPV benins, mais dans 5% des cas à des HPV doués de pouvoir oncogène c'est à dire que les lèsions condylomateuses qu'ils entraînent peuvent à la longue dégénérer en cancer.

La maladie

    D'abord demangeaisons puis apparition de végétations caractéristiques (type verrues), isolées, groupées voire en chou fleur parfois douloureuses à l'entrée de la vulve et autour de l'anus chez a femme. Possibilité d'atteinte au niveau du col de l'uterus et des parois vaginales. Là ces lésions ne pourront être mises en évidence que par un examen gynécologique adequate.
    Chez l'homme, même type de végétations au niveau de l'anus,de la verge et du gland.

Biologie

    Mise en évidence et possibilité de typage du virus.

Traitement

    Les lèsions peuvent et doivent être détruites par applicationde produits locaux spécifiques, par cryothérapie, par electrocoagulation mais le traitement de choix est la vaporisation des condylomes par le LASER Co2.

En savoir plus


 

Le cytomégalevirus (CMV)
PH. JUDLIN (1998)



    Le CMV est un virus à DNA appartenant à la famille des herpèsvirushumains (HSV5)

Épidémiologie actuelle

    La transmission peut s'effectuer outre la transmission materno foetale prénatale ou perpartum par voie sanguine (transfusions leucocytaires) ,lors de greffes , par simple contact extra- sexuel (salive, allaitement maternel) et par voie sexuelle. Ce dernier mode a été confirmé par de nombreux travaux, étudiant notamment la présence du virus chez les partenaires de conjoints porteurs du CMV [56]. De même, la prévalence du CMV est majorée dans les populations d'homosexuels mâles suivis pour MST. Une étude de l'OMS citée par Embil a retrouvé des anticorps anti CMV dans la moitié des populations de donneurs de sang de la plupart des pays. Une autre étude canadienne indique une séro prévalence qui augmente avec l'âge, pour atteindre 52 % de la population à partir de 40ans [58].
Particularités cliniques

   Chez l'adulte, I'infection à CMV est presque toujours asymptomatique, même si on a décrit différents tableaux: syndrome mononucléose-liLe, hépatite bénigne, pneumonie, syndrome de Guillain-Barré...

Moyens du diagnostic
    Les infections cliniquement significatives s'accompagnent d'une virémie. L'isolement par cultures cellulaires sur fibroblastes humains à partirde l'urine, des sécrétions sexuelles (ou du sperme) constitue la méthode classique, peu à peu supplantée par les techniques d' amplification géniques type PCR. Des méthodes indirectes et moins sensibles (utilisationd'anticorps monoclonaux et coloration par méthode peroxydasique) ont été proposées.
    Des techniques sérologiques (fixation du complément,immunofluorescence indirecte...) permettent de rechercher les anticorps anti-CMV.
    Le diagnostic positif est fondé sur la maladie clinique et l'isolement viral(cultures, PCR). Une infection à CMV peut être en outre suspectée en cas de maladie clinique et d'élévation (plus de 4 x) du titre des anticorps anti-CMV[59].

Association avec d'autres MST
   Le CMV est une des infections virales opportunistes les plus graves chez les malades atteints du SIDA. Des signes d' infection à CMV ont étéretrouvés à l'autopsie chez 90 % des patients souffrant du SIDA. En casd'immunosuppression le virus latent peut à tout moment donner une infection active.

Principes thérapeutiques
   Il n'existe pas actuellement de traitement codifié efficace vis-à-vis duCMV. L'aciclovir donne néanmoins certains résultats encourageants: ilréduirait le risque d' infection après greffes de moelle osseuse chez les séropositifs et prolongerait la survie [60]. De même, le valaciclovir (Zélitrex0) semble prometteur.
    Les mesures préventives sont en revanche importantes et efficaces: mesures d'hygiène pour éviter le contact avec les sécrétions infectées (salive, urines, sang, sperme) . L' usage du préservatif empêche efficacement la transmission du CMV [61].

Perspectives d'avenir
   Plusieurs équipes tentent de mettre au point un vaccin anti-CMV. Les difficultés sont grandes, qui tiennent autant au manque de compréhension de la pathogénie des infections qu'aux risques génétiques potentiels de telsvaccins.


Les hépatites virales


        Nous ne traiterons ici que des hépatites B (virus VHB) et C (virus VHC) pour lesquelles nous disposons d'études précises. L'hépatite A n'est pas véritablement concernée ici; le virus D ne peut se répliquer qu'en présencedu VHB et l'hépatite E, relativement rare en Europe, est assez mal connue. Les virus des hépatites, en particulier des hépatites B et C, peuvent setransmettre par voie sexuelle.

L'hépatite B

Épidémiologie actuelle
      La prévalence de VHB a partout nettement progressé depuis 20 ans. Onobserve cependant une incidence du virus très variable selon les pays voireles régions. L' Europe constitue, face à l'Asie ou l'Afrique, une zone de faible risque, la France s'y situant dans le groupe intermédiaire, avec une prévalence de l'Ag HBs entre O,l et O,5 % [67]. Dans de tels pays de faible endémie, I'activité sexuelle représente une des principales modalités de transmission du VHB. Si, historiquement, ce sont les homosexuels masculinsqui représentaient le groupe à risque, la diffusion de l'infection se fait aujourd'hui essentiellement par voie hétérosexuelle [68].


Particularités cliniques
      Insistons seulement sur la fréquence des porteurs sains, qui facilitent ladiffusion de l'infection. Environ 10 % des patients contaminés feront une hépatite chronique.


Moyens du diagnostic
        Le virion complet (particule de Dane) sera présent dans le sang enphase de réplication active. Par ailleurs, les différents marqueurs sont:
            - Ag HBs, premier marqueur détectable, il est fugace_4 à 12semaines_sauf si passage à la chronicité;
            - Ac HBc, de type IgM, ils sont présents précocement. De type IgG, ilspersistent indéfiniment sans préjuger de la guérison ou non;
            - Ac HBs se positivent après 3 mois et témoignent de la guérison;
            - Ag HBe, témoin de la réplication virale, il apparaît tôt. Sa persistance témoigne de la persistance de l'infection;
            - Ac HBe, moins fréquemment recherchés signent en règle générale la guérison;
            - Recherche du DNA viral (technique PCR...) qui, si positive,confirme la persistance de la réplication virale.

Principes thérapeutiques
      Nous ne développerons pas ici la stratégie thérapeutique d'une hépatite chronique active, qui repose essentiellement sur l'interféron. Nous insisterons en revanche sur l'intérêt d'une politique vaccinale, recourant notamment à des vaccins recombinants [69]. Oublions la récente polémique sur les risques non confirmés à ce jour de cette politique de vaccination. L'expérience internationale confirme l'intérêt d'immuniser avant l'adolescence pour éviter la propagation par voie sexuelle. L'OMS etles CDC américains, pour ne citer qu'eux, recommandent de telles politiques [70].

Hépatite C

        Le VHC, découvert en 1989, est un virus à RNA enveloppé.

Épidémiologie actuelle
      Le VHC est largement présent dans la population européenne. En France, 500000 à 2 millions de personnes seraient séropositives [71]. La contamination se fait essentiellement par voie sanguine et la voie sexuelle, fortement suspectée, n'a pas été formellement démontrée [72, 73]. La séroprévalence est nettement plus élevée chez les patients consultants descentres MST, chez les prostituées et les homosexuels (de 6 à 20 %) que dans la population générale (O,5-1,4 % chez les donneurs de sang) [74].Néanmoins, on peut considérer que ce mode de transmission reste relativement marginal comparé à la voie sanguine. Une enquête étudiant la séroprévalence de sujets dont les conjoints hémophiles étaient séropositifs, fait état d'un taux stable de 4,1 % [75].


Particularités cliniques
      Une hépatite aiguë est constante. Si 20 % des cas guérissent ensuite définitivement, la grande majorité des cas évoluent vers la chronicité, avec risque de cirrhose (20 % dans les 20 premières années suivant la contamination) et d'hépatocarcinome [71].

Moyens du diagnostic
      Le dépistage consiste en la recherche des Ac anti-VHC (test ELISA).
        L'isolement du RNA viral par PCR est possible dans le sérum.
        Insistons sur le fait que toutes les études de séroprévalence retrouvent la fréquente co-infestation par VHC et VIH [73].

Principes thérapeutiques
      Le seul traitement préconisé est l'interféron alpha. Il ne reste qu'à espérerqu'un vaccin s'avère techniquement possible et permette d'immuniser les groupes à risques.


 

 

Retour page d'accueil